POUR DES "PTITES" INFOS JOURNALIERES,CONSULTEZ LE FIL D'ACTUALITES TWITTER A GAUCHE DU FORUM.
SUR LE "PORTAIL",CLASSEMENTS DES DIFFERENTS CHAMPIONNATS EN EUROPE.

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Dim 9 Aoû - 22:51

Les Fous sur Twitter.


Le débrief tactique de la 5e journée de Pro League

Partagez
avatar
david le rouche
Posteur Scolaire
Posteur Scolaire

Messages : 1782
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 40
Localisation : Corbais

Le débrief tactique de la 5e journée de Pro League

Message par david le rouche le Lun 24 Aoû - 18:50

LE CHANGEMENT



Un jour, vous vous êtes sans doute demandé à quoi servait Timmy Simons. Réponse sur la pelouse du stade Arc-en-ciel. Pour pallier l'absence de son capitaine, Preud'homme avait positionné le Français Jean-Charles Castelletto devant la défense. Un arrière central de vingt ans à la place d'un presque quarantenaire au jeu tactique.
Castelletto était perdu. Le Français a voulu être partout, il n'a surtout été nulle part. Jamais sa présence n'a gêné les infiltrations de Kaya ou de Lepoint dans l'axe brugeois. Sur le but d'ouverture, Brandon Mechele a d'ailleurs été obligé de faire la faute pour empêcher Lepoint d'aller au but. On ne réécrit pas l'histoire, mais on peut raisonnablement penser que Simons aurait été là pour couper la trajectoire. Voire pour commettre une faute professionnelle à trente mètres de ses buts.


LA PHRASE




  • Peter Maes : "Nous manquons de joueurs avec une action"

Un Saint-Trond enthousiasmant contre un Genk moribond pour un succès sans appel. Et pourtant, la différence n'est pas si grande, à en croire Peter Maes : "La grande différence entre Saint-Trond et nous, c'est que nous manquons de joueurs menaçants, qui ont une action dans les pieds". À la place de Dompé et Edmilson, le nouveau boss de la Cristal Arena doit composer avec Buffel et Schrijvers. Des esthètes, mais sans la même énergie dans les cuisses.
Le schéma du STVV est (comme celui d'Ostende d'ailleurs) celui d'une équipe de contre classique : organisation stricte sans le ballon et optimisation de flancs véloces grâce à un organisateur capable d'alimenter ses couloirs : Siani à Ostende, et l'excellent Schoofs à Saint-Trond.
À Genk, Peter Maes ne parvient pas à mettre en place cette alchimie dans un 4-2-3-1 à réaction qui lui avait réussi à Lokeren. Gorius n'est pas Vanaken, et on ne joue pas avec Buffel comme on le fait avec Patosi.


LA STAT'



Le RMP a porté à quatre son total de buts sur phase arrêtée depuis le début de saison, soit 67% de ses buts. Parfois irrégulier dans le jeu, pas assez dur pour résister aux assauts adverses, Julian Michel est redoutable quand il a suffisamment de temps pour activer son pied gauche.
D'où cette question: un club peut-il se sauver en se reposant sur l'obtention de fautes ou de corners permettant au pied gauche de Michel de passer à l'action ? Michel a signé un but et un assist contre Waasland, mais Mouscron devra également trouver la solution pour magnifier Michel dans le jeu, avec des protecteurs pour le sortir des duels et le rendre aussi dangereux quand le jeu est en mouvement.
Protégé par les courses de Vandendriessche et les muscles de Pennacchio, entouré par les appels de Langil et Diaby, Julian avait illuminé le RMP l'an dernier. Mais cette année, le noyau et les joueurs manquent de profondeur…


LES BONS ÉLÈVES



Vous jouez en 4-4-2 et votre arrière central prend un carton rouge. Le réflexe, c'est de passer en 4-4-1 en retirant un attaquant. Vreven, lui, a retiré Maric pour garder sur le terrain les offensifs Gano, Emond, Langil et Myny. Une tactique audacieuse, avec un entrejeu tenu par le seul Moulin. Et un beau point arraché.
On a déjà évoqué les qualités techniques de Jordan Lukaku, mais Bryan Verboom n'est pas en reste. Contre Bruges, il a régalé avec une feinte de frappe inattendue quand elle se passe dans les pieds d'un latéral gauche. La valeur ajoutée d'une équipe assez bien balancée pour jouer les trouble-fêtes cette saison.


LES CANCRES



Vous aviez oublié de renouveler votre stock de somnifères et la pharmacie de garde était beaucoup trop loin ? Charleroi - Westerlo était un super plan B. Face à une équipe venue pour un point, les Zèbres n'ont rien pu proposer. Pollet n'est plus l'atout idéal pour ce Charleroi. Difficile de devenir une équipe attendue quand vous avez grandi comme une équipe qui attend.
Avec quatre petits buts marqués en cinq matches, le champion a la plus mauvaise attaque de ce début de championnat. Deux penalties et deux buts de Depoître. Et si en début de saison dernière les Buffalos se distinguaient surtout par leurs occasions ratées, ils semblent cette fois s'engluer dans une possession parfois stérile.

(Source DH)


Dernière édition par david le rouche le Lun 24 Aoû - 18:52, édité 1 fois
avatar
david le rouche
Posteur Scolaire
Posteur Scolaire

Messages : 1782
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 40
Localisation : Corbais

Re: Le débrief tactique de la 5e journée de Pro League

Message par david le rouche le Lun 24 Aoû - 18:51

"Du tac au tac avec Teklak", Alex revient sur la 5ème journée de Pro League


1 | Brüls a été le meilleur... déjà !
"J’ai bien aimé la prestation de Christian Brüls. Je l’ai connu plus joueur, voire jouette. Ici, il prend davantage la profondeur et il est plus efficace. Il a un jeu qui ressemble désormais à celui de Legear. Le passage de Brüls en France lui a visiblement apporté plus de maturité. D’un autre côté, ce n’est pas normal que ce soit lui le meilleur Standardman, alors qu’il vient à peine de débarquer!”
2 | Dix minutes de bon jeu, ce n’est pas suffisant pour le Standard.
“On a vu, dès le début du match, l’impact de la mauvaise prestation européenne du Standard, avec une équipe qui pressait haut. Le but liégeois est très beau et comporte beaucoup d’éléments intéressants. Mais après dix minutes, le jeu d’Ostende s’est mis en place et les fondamentaux de jeu de cette équipe lui ont permis de prendre le dessus. Le Standard a alors eu des gros problèmes avec Berrier et Musona qui étaient toujours libres entre les lignes. C’est ce qui explique en partie les difficultés de Julien de Sart, qui a raté des gestes pourtant tout à fait dans son registre. Dans le contenu, le Standard n’a pas proposé assez de choses. Et il se trouve dans une situation délicate alors qu’il n’a pourtant pas eu un calendrier compliqué.”
3 | On a plus vu Gerets en un mois qu’en 15 ans...
“Tout le monde est responsable de la situation actuelle au Standard. Il y a Muslin, mais aussi la direction! Une erreur a sans doute été de ne voir que les côtés positifs de Muslin au moment de sa nomination. Il faut préciser que c’était surtout un choix de Duchâtelet. Autre élément important: ce n’est pas normal que Gerets soit en tribunes tout le temps. Quel message cela envoie-t-il à Muslin? Cela manque d’élégance. Je ne critique pas le monument qu’est Gerets, je constate simplement que la situation n’est pas saine. On l’a davantage vu en un mois à Sclessin que lors des quinze dernières années! Et vous croyez que l’arrivée de Van Buyten fait plaisir à Lawarée? Pas sûr du tout! Conclusion: les choses ne sont pas claires.”
4 | Vanden Borre a beaucoup d’influence auprès des jeunes du vestiaire.
“Je n’ai aucun problème avec ce qu’Anthony Vanden Borre a déclaré sur le fond. Sur la forme, là par contre il devait se remettre en question. Je n’ai en tout cas pas été surpris. En fait, Vanden Borre a raison. Si Anderlecht avait eu un vestiaire fort, avec des leaders, jamais ceux-ci n’auraient accepté un comportement comme celui d’Anthony... En fait, Vanden Borre a pas mal d’influence auprès des jeunes du vestiaire d’Anderlecht et cela a dérangé. Dans cette affaire, tout le monde est perdant. Mais je tiens à saluer la réaction de Besnik Hasi: il a été élégant en expliquant qu’il était aussi responsable.”

(Source DH)

    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 23:09