POUR DES "PTITES" INFOS JOURNALIERES,CONSULTEZ LE FIL D'ACTUALITES TWITTER A GAUCHE DU FORUM.
SUR LE "PORTAIL",CLASSEMENTS DES DIFFERENTS CHAMPIONNATS EN EUROPE.

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Dim 9 Aoû - 22:51

Les Fous sur Twitter.


L'interview de Marouane Fellaini

Partagez
avatar
david le rouche
Posteur Scolaire
Posteur Scolaire

Messages : 1782
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 40
Localisation : Corbais

L'interview de Marouane Fellaini

Message par david le rouche le Sam 21 Mai - 8:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Détendu et souriant, le Diable nous a chaleureusement reçus à Manchester avant une fin de saison chargée : la finale de Cup ce samedi puis l’ Euro . L’occasion de soulever des trophées...


Un grand soleil sans une goutte de pluie. Des filles qui sortent leur tenue ultra-courte (ce qui ne donne, il est vrai, pas toujours une indication sur la température extérieure dans ce coin de l’Angleterre). Des terrasses inondées de bières et du traditionnel Friday Fish en cette fin de semaine. La Market Street bondée malgré les gros travaux entrepris par la ville. Des soldes qui montent jusqu’à 40 % sur les maillots bientôt périmés dans les fanshops de City et United .
Ce vendredi 13 mai sentait la fin de saison à Manchester. Mais pas pour Marouane Fellaini. Avant de rejoindre la préparation des Diables en Suisse, il devra sauver la saison de ManU via la finale de Cup ce samedi contre Crystal Palace. Il fêtera son retour dans le groupe à Wembley après trois matches de suspension pour un coup de coude infligé à Robert Huth contre le champion Leicester.

C’est pourtant lui qui affichait une balafre à l’arcade sourcilière gauche quand nous l’avons retrouvé dans l’hôtel où il nous avait fixé rendez-vous. "Je me suis pris un coup de coude involontaire de Rojo pendant un exercice de phase arrêtée ce matin" , raconte-t-il en nous serrant chaleureusement la main. "Je suis sûr que ça va gonfler demain mais bon, ce sont des choses qui arrivent quand on joue au foot."



En Angleterre, on dit que vos coups de coude arrivent trop souvent.
"J’ai juste réagi à une provocation. J’ai de l’expérience et je ne suis pas débile mais ce n’est pas normal qu’on me tire les cheveux. J’essaie de me contrôler mais cela reste parfois difficile. Vous feriez quoi si on vous tirait les cheveux ?"



De là à donner un coup de coude ?
"Mon geste n’était pas plus dangereux que le sien. Je peux vous dire qu’il a tiré très fort. Être puni de trois matches pour ce que j’ai fait, c’est trop."



Dans un édito, l’ancien joueur J amie Carragher a écrit qu’il espérait ne plus vous revoir en Premier League avant de tempérer ses propos par la suite dans un journal local de Manchester.
"Bah, si je devais écouter tous les gens qui parlent, j’aurais une tête comme ça. J’aimerais juste que quelqu’un tire les cheveux de Carragher et j’observerais sa réaction (sourire) . Ce n’est pas la première critique et certainement pas la dernière. Même si je trouve ça injuste, je ne vais pas passer mon temps à toutes les commenter. Je ne ferais plus que ça sinon."



Vous recevez aussi des compliments dans la presse.
"Ah oui ?"



Louis van Gaal , par exemple, a expliqué à quel point vous étiez important pour son équipe il y a peu de temps.
"Ce n’est pas la première fois que le coach me complimente, dans la presse ou en privé."



Quand il est arrivé au club, il vous avait quand même dit que vous n’étiez que son cinquième choix au milieu.
"Et deux mois plus tard, j’étais titulaire. Le coach a été clair avec moi : "Montre tes qualités et je serai honnête dans mes choix" , m’avait-il dit. Il l’a été et je joue. Je n’ai aucun problème avec lui."



C’est quel genre de coach Louis van Gaal ?
"Il est très fort tactiquement. Il sait ce qu’il dit et ce qu’il fait. Il aime la discipline tactique. Si tu vas à droite, tu restes à droite. Vaut mieux écouter (sourire) ."



Vous remettra-t-il dans le onze pour la finale de Cup après trois matches de suspension ?
"C’est lui qui décide mais j’ai tout fait pour que ce soit le cas. En plus des entraînements habituels, je m’infligeais des séances supplémentaires pour rester en forme."



Il est vrai que vous reveniez très fort.
"Oui, cette suspension est mal tombée. J’étais dans le rythme et je jouais bien. Ce serait bien de remontrer ça dans une finale à Wembley. "



Ce samedi, cela fera 2.953 jours que vous n’avez plus soulevé de trophée.
"Ça a dû être un long calcul (rires) . C’était le titre avec le Standard en 2008. J’ai quand même joué une finale de Cup lors de ma première saison à Everton mais on avait perdu."



Contre Chelsea où vous n’étiez pas favori. Cette fois, contre Crystal Palace, vous n’aurez pas droit à l’erreur.
"Je ne suis pas d’accord. Une finale, c’est toujours du 50-50. On veut tous le trophée et on va se battre comme des fous par contre, c’est clair."



Sans donner de coup de coude ?
"Sans coup de coude (rires) . Je sais ce qu’on dit sur moi mais je suis un bon gars. Tu sais ce que j’aime le plus au monde ? Faire un barbecue avec mes potes et ma famille, tranquille. Je me suis assagi avec toutes ces années en Angleterre. J’ai aussi des responsabilités dans le football et dans ma famille. Je suis devenu un homme normal qui essaie d’avoir la vie la plus normale possible."



Il paraît même que vous êtes un peu écolo, c’est vrai ça ?
"J’ai investi de l’argent dans le secteur des énergies renouvelables parce que c’est quelque chose qui m’intéresse, oui. Je me soucie du sort de la planète. Quand tu réfléchis, tu te dis que ça ne peut plus durer ainsi et qu’il faut faire quelque chose. Alors, si je peux aider à ma façon, je le fais."



Cela ne correspond pas vraiment à l’image que le grand public se fait de vous.
"C’est bien la preuve qu’on me connaît très mal."



"Quinze minutes de plus et on sortait Messi du Mondial"

Même quand il ne jouait pas du tout à  ManU , Marouane Fellaini n’a jamais eu à douter de sa sélection pour l’ Euro . Marc Wilmots a toujours affirmé que le médian était un cas à part.  "Car il possède un profil unique" , dixit le coach fédéral.  "Je ne sais pas si j’ai quelque chose d’unique mais je sais que partout où je suis passé, les entraîneurs m’ont fait jouer. Je crois qu’ils savent qu’on peut avoir confiance en moi et que je ferai tout pour l’équipe. Que je commence sur le banc ou sur la pelouse, je sais que le sélectionneur croit en moi et c’est l’essentiel."



Cet été, il sera très ambitieux en France.  "Ce qu’on doit viser, c’est d’aller plus loin que les quarts de finale, même si on est tombé dans une poule plus difficile qu’au Mondial. Au Brésil, on a juste été battu 1-0 par une grande équipe comme l’Argentine avec l’extraterrestre Messi. Et si le match avait duré quinze minutes de plus, on gagnait. J’en suis convaincu. Outre ça, on a aussi appris à vivre ensemble. C’était parfois long mais toujours agréable. À Bordeaux, on a déjà nos habitudes et on aura encore plus de soutien de nos supporters. On parle de problème de primes et des trucs du genre mais ce qu’on veut tous, c’est faire vibrer la Belgique. Il n’y a que cela qui compte."



Il faudra tout de même faire sans le capitaine Vincent Kompany à l’ Euro "Et c’est clairement une perte" , reprend Fellaini.  "C’est notre capitaine mais c’est aussi un défenseur impressionnant. Mais les blessures font partie du foot et d’autres seront là pour le remplacer. Même sans lui, on a une bonne équipe. Eden fera un très bon capitaine aussi. Il est très différent de Vincent mais il a les épaules pour assurer. Quand il doit dire quelque chose, il ose le faire. Il est très respecté par tout le groupe.  T’as vu son but contre Liverpool  ? La classe absolue. Avec Kevin et lui, on a deux très grands joueurs dans l’équipe."



Une équipe où plusieurs anciens ont disparu, comme Chadli, Defour et Mirallas.  "La nouvelle génération pousse et c’est normal. Avec la majorité des Diables, on se connaît depuis dix ans et l’ Euro   U21  aux Pays-Bas. On prend de l’âge et on accueille les nouveaux avec plaisir. On les intègre facilement avec nous car l’ambiance est très bonne. C’est un groupe de bons gars. C’était plus compliqué à l’époque où je suis arrivé. Ce n’est pas que l’ambiance était mauvaise mais il y avait un fossé entre les anciens et tous les gamins qui arrivaient. Maintenant, les vieux, c’est nous mais on est resté jeunes dans la tête  (sourire) ."



"Soit coach, soit vous ne me verrez plus jamais"


Demandez à tous ces anciens coaches et ils vous diront tous la même chose : avoir Fellaini dans son équipe est une bénédiction car il repère rapidement les petites erreurs de placement de ses équipiers et fait les efforts pour les compenser. C’est souvent le signe d’une future carrière d’entraîneur chez un joueur.  "Je dois reconnaître que j’y ai déjà pensé" , sourit-il.  "J’en ai envie et j’aimerais passer mes diplômes."



Il n’est cependant pas encore certain qu’on verra sa grande carcasse en costume-cravate devant un banc de touche.  "Plus ça avance et plus je me dis que le monde du foot est compliqué. Je ne suis pas encore vieux mais j’y songe régulièrement. Pour le moment, j’hésite vraiment. Soit j’essaie de devenir quelqu’un dans le coaching, soit vous n’entendrez plus jamais parler de moi après ma carrière car j’aurai quitté définitivement le monde du football."
En attendant de trancher, il sait déjà ce qu’il retiendra de ses différents entraîneurs chez les pros.  "Boskamp a été le premier. Je me souviens d’un entraînement avec lui. C’était juste avant un match de qualifications pour la Ligue des Champions à Bucarest. Je sentais que j’allais peut-être commencer. Il s’adressait en anglais au groupe. Il m’avait ensuite appelé dans son bureau et m’avait dit :  "T’as compris ce que j’ai dit ?"  J’ai répondu :  "Oui, oui"  en pensant :  "Mets-moi sur le terrain et je ferai ce que je sais faire, pas besoin de consigne".  Il m’a demandé de préciser ce qu’il avait dit et je ne savais rien dire évidemment  (rires) . Finalement, il m’a quand même fait jouer, j’avais fait un super match et je ne suis plus sorti de l’équipe."



De Preud’homme, Bölöni et Moyes, il conservera surtout la passion et le perfectionnisme.  "J’ai beaucoup appris avec ces trois coaches, même avec Bölöni que je n’ai eu que deux mois avant de signer à Everton. Celui qui m’a fait le plus progresser, c’est Moyes. Combien de fois je ne me suis pas entraîné seul avec lui... Et chaque punition qu’il m’infligeait, c’était une séance individuelle avec lui. On bossait tous les aspects de mon jeu et je ne peux être que reconnaissant aujourd’hui. Et aujourd’hui, j’ai van Gaal avec qui je progresse aussi beaucoup."



"Je peux encore jouer quelques années en Premier League"


Deux saisons comme joueur professionnel au Standard, cinq à Everton et maintenant trois à Manchester United : Marouane Fellaini vient de boucler sa dixième année de footballeur.
Un moment important pour un joueur, surtout quand il arrive doucement mais sûrement au bout de son contrat.

"Il me reste un an plus une autre année en option à  ManU " , précise-t-il.
Déjà courtisé en janvier, il pourrait à nouveau devenir une cible de choix lors du mercato estival.
Il y a quelques semaines, une rumeur l’envoyait dans le championnat italien suite à la parution d’une photo en compagnie de Radja Nainggolan à Rome.

"Ça, c’est n’importe quoi. J’étais juste en week-end et Radja m’avait proposé de venir voir son match. C’est un très bon ami. Je m’entends bien aussi avec sa soeur et son amie. Ça s’arrête là mais on croit tout de suite que je vais signer à l’AS Rome…"
Marouane Fellaini le reconnaît : huit ans après le coup de foudre à Everton, il est toujours amoureux du foot anglais.

"Je suis vraiment bien ici. Je connais le championnat et j’adore. J’aime cette culture du foot et ces stades toujours pleins. J’irai peut-être un jour découvrir un autre pays mais j’ai vingt-huit ans et je peux encore jouer quelques années en  Premier League . J’ai pris des coups, j’ai eu des opérations mais je me suis bien entretenu. C’est important pour durer. Je sais quand il faut être pro et quand on peut relâcher la pression."



"Je ne pense pas que Januzaj ira jouer pour le Kosovo"


À Manchester United, Marouane Fellaini est comme chez lui, au bout de sa troisième saison. Son meilleur pote dans le vestiaire, c’est quand même un Belge. Ou peut-être un futur ex-Belge : Adnan Januzaj.  "J’ai entendu qu’on parlait d’Adnan et d’un possible changement d’équipe nationale. Je lui en ai parlé et j’ai bien vu qu’il était toujours très fier d’être Belge. Il me parle tout le temps des Diables et je ne pense pas qu’il ira jouer pour le Kosovo. Après, je ne veux pas parler à sa place mais c’est mon sentiment."
L’ancienne promesse anderlechtoise a vécu une saison très compliquée.  "On ne l’a pas beaucoup vu et là, il est blessé mais ses qualités sont toujours là. Il sait qu’il a besoin de jouer pour être repris chez les Diables; j’espère que ce sera pour la saison prochaine."



"Wasyl, je le respecte à vie"


Cela fait presque deux semaines que Leicester est champion d’Angleterre. Un titre que Marouane Fellaini applaudit.  "Vraiment, bravo aux joueurs car c’est un véritable exploit mais je voudrais aussi dire bravo à  Wasyl . Je peux le dire aujourd’hui : je l’ai détesté quand on était adversaire en Belgique, lui à Anderlecht et moi au Standard. Je ne le connaissais que du terrain et je croyais qu’il était totalement fou. C’est à Anvers que j’ai changé d’avis sur lui. Je faisais ma rééducation en même temps que lui. Depuis, je le respecte à vie. Il a souffert le martyr. Je n’avais jamais vu et je ne verrai plus jamais ça, je pense. On allait courir sur le sable et il boitait énormément. Je lui demandais d’arrêter car j’avais l’impression que sa jambe allait se casser mais lui, il continuait à courir. Rien que pour ça, il mérite son titre de champion d’Angleterre. C’est un truc de fou ce qu’il a fait. On s’était encore parlé avant le match entre Leicester et nous. Il a une mentalité exemplaire mais c’est aussi un bon gars."



"Être musulman, c’est facile pourtant"


Le matin du 22 mars, Marouane Fellaini a été réveillé par un tambourinement à la porte de sa chambre.  "C’était mon père qui venait d’apprendre la nouvelle et qui venait me réveiller. On était très choqué, comme toute la Belgique. Ma famille et moi sommes musulmans pratiquants mais j’ai toujours été élevé dans le respect de toutes les religions."



La vie des musulmans en Belgique n’a pas été simplifiée depuis les attaques, bien au contraire.  "C’est pourtant facile d’être musulman. C’est une religion de paix mais certains n’y comprennent rien. C’est vraiment triste. Cela me donne encore plus envie de gagner l’ Euro  cet été. Ce serait beau de montrer une Belgique multiculturelle unie dans quelque chose de positif."



En équipe nationale , il peut vivre ses croyances.  "Le groupe est très ouvert et le coach aussi. Si tu veux aller prier, tu peux aller le faire dans ta chambre. Et le cuisinier peut faire des plats halal si tu le demandes. C’est pareil à Manchester. Quand je suis arrivé, le chef m’a demandé si je mangeais halal et il fait tout pour respecter cela."


(Souce DH)

avatar
Loupnoir
Admin
Admin

Messages : 5465
Date d'inscription : 04/08/2015
Localisation : ANDERLECHT

Re: L'interview de Marouane Fellaini

Message par Loupnoir le Sam 21 Mai - 10:02


"Wasyl, je le respecte à vie"

Cela fait presque deux semaines que Leicester est champion d’Angleterre. Un titre que Marouane Fellaini applaudit. "Vraiment, bravo aux joueurs car c’est un véritable exploit mais je voudrais aussi dire bravo à Wasyl . Je peux le dire aujourd’hui : je l’ai détesté quand on était adversaire en Belgique, lui à Anderlecht et moi au Standard. Je ne le connaissais que du terrain et je croyais qu’il était totalement fou. C’est à Anvers que j’ai changé d’avis sur lui. Je faisais ma rééducation en même temps que lui. Depuis, je le respecte à vie. Il a souffert le martyr. Je n’avais jamais vu et je ne verrai plus jamais ça, je pense. On allait courir sur le sable et il boitait énormément. Je lui demandais d’arrêter car j’avais l’impression que sa jambe allait se casser mais lui, il continuait à courir. Rien que pour ça, il mérite son titre de champion d’Angleterre. C’est un truc de fou ce qu’il a fait. On s’était encore parlé avant le match entre Leicester et nous. Il a une mentalité exemplaire mais c’est aussi un bon gars."

Je ne m'étais pas trompé sur ton compte Marouane, ton passé Mauve aidant, tu es un gars que je respecte,et ton interview complète,emprunte d'humanité,est à lire par certains mono-neurones...
Bonne chance à l'Euro,tu es un joueur atypique,mais on aura besoin de toi,c'est certain.
avatar
Nostalgeek7
Posteur Cadet
Posteur Cadet

Messages : 885
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 35
Localisation : MSM

Re: L'interview de Marouane Fellaini

Message par Nostalgeek7 le Sam 21 Mai - 19:07

Chouette interview, je l'aime bien aussi c'est un joueur qui a du caractère. C'est pas le joueur le plus technique du monde mais sa puissance et son engagements font que c'est un monstre sur le terrain.

Contenu sponsorisé

Re: L'interview de Marouane Fellaini

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 14:48