POUR DES "PTITES" INFOS JOURNALIERES,CONSULTEZ LE FIL D'ACTUALITES TWITTER A GAUCHE DU FORUM.
SUR LE "PORTAIL",CLASSEMENTS DES DIFFERENTS CHAMPIONNATS EN EUROPE.

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Dim 9 Aoû - 22:51

Les Fous sur Twitter.


Le débrief tactique de la 10e journée de Pro League

Partagez
avatar
david le rouche
Posteur Scolaire
Posteur Scolaire

Messages : 1782
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 40
Localisation : Corbais

Le débrief tactique de la 10e journée de Pro League

Message par david le rouche le Lun 5 Oct - 14:15


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Notre consultant revient sur la 10ème journée de Pro League avec au programme une analyse des maux rouches, du duo Pollet-Perbet et du jeu des Zèbres. C'est du tac au tac avec Teklak.

Comme d'habitude, notre consultant épingle point par point ce qui l'a marqué ce week-end en Jupiler League.

1. Sur base de leurs prestations individuelles, il y aurait tellement de Standardmen à flinguer… “Mais je préfère ne pas m’y attarder tant il y aurait à dire. À Genk, le Standard a joué avec cinq défenseurs. Il a donc surtout voulu défendre… et il a perdu. C’est facile à dire pour un consultant, on ne voit pas le travail qui est fait en amont en semaine. Mais il faudra plus aller davantage de l’avant à l’avenir. Autre souci : derrière, Emond et Knockaert devaient jouer entre les lignes mais Emond n’a pas la mobilité pour cela. Et Knockaert, intéressant, a besoin de sa liberté et de son espace. Alors que Santini a besoin de centres, il a fallu attendre la montée tardive de Dossevi et le switch avec Badibanga pour avoir deux ailiers sur leurs bons pieds. Mais il restait trop peu de temps pour que les choses s’installent.”

2. Plus question de parler de matches de préparation ! “Dès le départ de l’ère Ferrera au Standard, je n’étais pas d’accord avec le discours des matches de préparation, pour mettre les choses en place. C’était sans doute une communication avalisée par la direction, car Yannick Ferrera n’est pas à proprement parler un entraîneur de crise. Mais la crise est bien là ! Dans un contexte particulier : au Standard, le public est exigeant alors que les joueurs sont compliqués… et ils le seront de plus en plus. À la décharge de Ferrera, il y a un problème dans la structure du Standard. Trop d’intervenants tue l’intervention... L’organigramme du club n’est pas clair du tout!”

3. Le retour de la confiance passe par un système reconnaissable. “Oui, il y a sans doute un manque de qualité au Standard. Mais le plus gros problème de cette équipe, c’est qu’elle se cherche au travers de différents systèmes. Je peux comprendre que l’on s’adapte à l’adversaire quand on va à Gand, mais il ne faut pas le faire tout le temps. Je ne suis pas d’accord quand Yannick Ferrea prétend qu’il a très peu changé son système : il a déjà joué en 4-3-3, en 4-2-3-1, en 3-4-2-1 et en 3-5-2. Maintenant, il faudrait choisir un système dans lequel les joueurs se reconnaissent et travailler pour installer des automatismes. Car le système conditionne les circuits de passe et les lignes de course. Ce n’est pas seulement une question de manque de confiance.”

4. Pollet et Perbet doivent aussi défendre. “Dans le 4-4-2 carolo , à Malines, Pollet s’était sacrifié pour revenir sur le numér six adverse. Contre Zulte, il ne l’a plus fait. Curieux ! Cela a posé des problèmes à Charleroi car l’entrejeu de Zulte a largement dominé la première période. Kaya a été très intelligent : il était toujours dans la zone de récupération, sans jamais récupérer le ballon lui-même, ce qui lui permettait de donner de bons ballons dans la verticalité. Dans cette première période, Zulte aurait dû marquer. À la pause, Mazzù a dû dire à Pollet et Perbet qu’il fallait défendre parce qu’on a tout de suite vu un changement d’attitude chez eux. S’ils veulent jouer ensemble dans le 4-4-2, c’est à eux de travailler, c’est normal !”

5. Pour Charleroi, c’est plus compliqué quand il faut faire le jeu. “Avec Zulte, ce ne sont pas des temps faibles, mais des temps morts ! Charleroi a très bien profité des cadeaux offerts. Les Zèbres peuvent tirer une bonne leçon de ce match. Quand un adversaire vient et qu’il laisse la balle à Charleroi, alors le système a des limites. On sait qu’en contre, cette équipe est redoutable. C’est plus difficile quand il y a moins d’espace. Charleroi doit apprendre à entreprendre.”
avatar
david le rouche
Posteur Scolaire
Posteur Scolaire

Messages : 1782
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 40
Localisation : Corbais

Re: Le débrief tactique de la 10e journée de Pro League

Message par david le rouche le Lun 5 Oct - 19:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Chaque lundi, DH.be vous propose un retour sur la défunte journée de championnat en passant par le tableau noir pour évoquer les coups tactiques du week-end, décortiquer les choix des coaches et souligner l'impact de l'un ou l'autre joueur sur le jeu de son équipe. 
Au menu de cette semaine, entre autres : la méthode carolo sur péno , les boulettes d’Odoi et le synthétique de Saint-Trond enfin maîtrisé.

Les bons élèves: Milosevic et Waasland-Beveren


Le Waasland-Beveren de Guido Brepoels ressemblait à une équipe de League One en perdition avec des principes simples : balancer de longs ballons sur un Renaud Emond esseulé. Sous Stijn Vreven, le jeu est de retour. Quelle meilleure preuve de ce jeu léché qu’une victoire sur le terrain synthétique de Saint-Trond ? Personne n’avait dompté ce sol depuis le début de l’année, les Waaslandiens l’ont fait en tuant leur adversaire dans l’œuf. Derrière, ça jouait sur l’homme et surtout sur les artistes trudonnaires, en témoignent les 24 fautes (un chiffre énorme) des Beverenois durant la partie. Devant, ils ont tourné le synthétique à leur avantage en jouant un corner au sol ponctué par une nouvelle frappe de Deni Milosevic dans la lucarne. Magique.


Les cancres: Odoi et Petrovic


La remise en retrait dans l’axe est encore passable en diablotins. En grimpant chez les préminimes, cela devient de moins en moins excusable. Dennis Odoi a certainement sauté cette partie de son écolage et la leçon a eu du mal à rentrer face à Ostende. Après une erreur du genre n’ayant pas prêté à conséquence, il a refait le coup quelques minutes après sur une phase similaire. Cette fois, Fernando Canesin (qui avait aussi profité de sa première bévue) n’a pas loupé la cible et a tué les espoirs de Lokeren. Heureusement pour l’ex-Anderlechtois, Nikola Petkovic (Westerlo) a été encore plus ridicule samedi soir en loupant un contrôle pourtant plus qu’aisé. Un geste qui coûte deux unités à son équipe et qui permet à Courtrai d’enfin marquer un but. Il leur fallait bien ça.


Le changement: Le retour de CT7



Il est de retour et il va faire du bien autant comme leader dans le vestiaire que sur la pelouse. Clément Tainmont n’a peut-être pas fait basculer la rencontre des Zèbres face à Zulte Waregem - il n’en avait pas besoin - mais sa montée est puissante d’un point de vue symbolique. Avec le 4-4-2 actuel des Carolos et la taille de leurs deux avants, ses centres et passes tranchantes dans le rectangle vont faire du bien. Il sera aussi un adjuvant de poids à Jérémy Perbet vu la tendance du buteur à aimer se faire servir dans la boîte. Son abattage défensif sera également crucial. Les courses à répétition ne lui font pas peur et il saura compenser l’infériorité numérique du duo médian qui se compose en fait presque uniquement de Damien Marcq, vu la propension d’Enes Saglik à oublier ses tâches défensives.


La phrase: “Nous avions des espaces dans la largeur”, Yannick Ferrera

Profondeur et largeur. Les préceptes de Yannick Ferrera en possession de balle sont clairs mais loin d’être appliqués par ses troupes. En première période, un seul centre a abouti alors qu’Ivan Santini ne demande que ça. Les latéraux apportent cette largeur mais manquent de cran et/ou de volume pour couvrir le flanc à eux seuls. “Il y avait pourtant des espaces à ce niveau-là dans le jeu genkois” , disait le coach du Standard. Renaud Emond et Anthony Knockaert ne sont pas taillés pour prendre la largeur mais bien la profondeur. Les montées de Beni Badibanga et de Matthieu Dossevi ont apporté ce mix de largeur et de profondeur que recherche le coach mais il était trop tard.


La stat: Charleroi sur penalty


Deux penalties, deux loupés mais deux buts quand même. Les chiffres récents de Charleroi paraissent liés à la chance avec ces deux buts sur reprise de peno manqué. Cette réussite est pourtant forcée vu que trois Carolos ont plongé dans les 16 mètres et sont capables de reprendre le ballon au moment de la frappe de Dieumerci Ndongala. Les défenses ne l’ont pas compris mais Felice Mazzù bien : les deuxièmes ballons sont cruciaux sur ce genre de phase et les joueurs doivent être prêts à bondir pour être à la reprise. Et pour le moment, c’est du 100 % de réussite.
avatar
standarmen 6993
Posteur Minime
Posteur Minime

Messages : 303
Date d'inscription : 16/08/2015
Age : 57
Localisation : Dinant

Re: Le débrief tactique de la 10e journée de Pro League

Message par standarmen 6993 le Mar 6 Oct - 18:19

pauvre standard
avatar
david le rouche
Posteur Scolaire
Posteur Scolaire

Messages : 1782
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 40
Localisation : Corbais

Re: Le débrief tactique de la 10e journée de Pro League

Message par david le rouche le Mar 6 Oct - 19:10

L'analyse de Marc Degryse: Le Top 6 semble impossible pour ce Standard
Le temps est à l'orage pour trois des plus grands clubs de notre compétition. Bruges et Anderlecht ont vécu une mauvaise semaine avec des défaites européennes inattendues et le Standard ne parvient pas à sortir d'une crise qui semble de plus en plus profonde.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

À Bruges, Michel Preud'homme cherche toujours le meilleur système pour ses hommes et les meilleurs hommes pour son système. Et pour l'instant, il ne trouve la bonne réponse à aucune de ces deux questions. Contre Midtjylland, il avait choisi de laisser au repos Meunier, Simons et Vossen en vue du match contre Gand, mais il a terminé la semaine avec deux défaites. Malgré un football peu académique en première période, le début de match contre les Buffalos était relativement bon et Bruges aurait même pu mener à la pause. À nouveau, c'est en deuxième mi-temps que tout s'est effondré. Là où la saison dernière, ils remontaient parfois des situations compromises et n'étaient jamais vaincus malgré un retard de deux buts au marquoir, on ne retrouve plus la mentalité de gagneur qui était devenue la marque de fabrique de cette équipe. J'en viens à me demander si le coach des Blauw en Zwart va tenir le coup. La défaite contre Naples semblait déjà l'avoir terriblement marqué, et il doit à nouveau trouver l'énergie pour relancer la dynamique de son groupe.

Anderlecht a également bâclé sa copie européenne. Leur choix de rembourser les supporters est éloquent, et ça doit rester une exception. La meilleure réponse aurait été un 5-0 face à Malines, qui aurait été tout à fait réalisable sans ce terrible manque d'efficacité. Depuis près d'un an, et ce retour de Galatasaray en fin de rencontre, Besnik Hasi ne trouve pas la réponse à ce manque d'efficacité qui coûte énormément de points. L'équipe ne parvient pas à se mettre à l'abri de façon définitive malgré les occasions et en fin de match, il y a toujours une erreur défensive qui vient gâcher la fête. Ces trois penalties ratés, ça doit rendre un coach complètement fou. Parfois, l'entraîneur semble dépendant de choses qu'il ne peut pas régler. Hasi et Preud'homme ne trouvent pas les solutions, et c'est inquiétant. L'avenir européen de Bruges et d'Anderlecht semble déjà révolu après deux matches. C'est une mauvaise affaire pour les deux clubs, et pour notre coefficient européen.

Au Standard, ce sont même les play-offs 1 qui deviennent difficile à atteindre. La situation est encore pire que dans les deux autres clubs. À Anderlecht et à Bruges, la crise semble temporaire alors que les problèmes des Rouches sont bien plus profonds. Il n'y a aucune stabilité et Yannick Ferrera n'est pas un magicien. Le coach du Standard a besoin de temps, il le savait et l'a directement précisé lors de son arrivée, mais terminer la phase classique dans le top 6 semble impossible pour ce Standard. Ils n'ont beau avoir que huit points de retard sur la sixième place, les Liégeois inquiètent surtout par le niveau affiché par leur noyau. Le plus grand problème se trouve en défense, où la stabilité est inexistante. Et sans cette référence, c'est impossible pour l'équipe d'afficher une quelconque sérénité.
La trêve internationale va permettre à Yannick Ferrera d'y travailler, mais je vois mal comment un
véritable équilibre pourrait être trouvé avant le Nouvel An. Sur le plan comptable, atteindre les play-offs 1 ne relève pas encore de l'exploit, mais il n'y a plus de temps à perdre pour le Standard.

(Source Sport Foot Mag.)

Contenu sponsorisé

Re: Le débrief tactique de la 10e journée de Pro League

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 11:42