POUR DES "PTITES" INFOS JOURNALIERES,CONSULTEZ LE FIL D'ACTUALITES TWITTER A GAUCHE DU FORUM.
SUR LE "PORTAIL",CLASSEMENTS DES DIFFERENTS CHAMPIONNATS EN EUROPE.

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Dim 9 Aoû - 22:51

Les Fous sur Twitter.


Witsel: "Je ne veux pas devenir coach mais chef d’entreprise"

Partagez
avatar
Loupnoir
Admin
Admin

Messages : 5465
Date d'inscription : 04/08/2015
Localisation : ANDERLECHT

Witsel: "Je ne veux pas devenir coach mais chef d’entreprise"

Message par Loupnoir le Lun 11 Jan - 16:26


Witsel: "Je ne veux pas devenir coach mais chef d’entreprise"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Axel Witsel a investi dans la société aéronautique Lindsky, dont il va participer à la gestion. Il évoque, en exclusivité pour nos confrères de la DH , ses investissements et son après-carrière.

Voici déjà un peu plus d’un an, dans le courant de décembre 2014, Axel a pris une participation dans la société aéronautique LindSky Aviation, une entreprise belge en pleine croissance et aux reins solides sur le plan financier.

Witsel avait déjà créé une école de football et investi dans l’immobilier. "Assez tôt, j’ai pensé à investir. Je ne suis pas quelqu’un de bling-bling. J’ai les pieds sur terre et je sais d’où je viens : il ne faut pas flamber son argent" , nous confie-t-il .

Cette fois, c’est un investissement particulier : en plus de devenir co-propriétaire de la société, le Diable en intègre la gestion, dans le poste de Chief Relationship Officer . Nous l’avons rencontré à l’aéroport d’Anvers pour qu’il nous explique son regard sur sa reconversion et ses investissements.

Axel, en quoi consiste votre rôle au sein de la société LindSky ?

"Dans le monde du football, je connais pas mal de monde qui voyagent beaucoup, ainsi que des gens qui pourraient investir dans l’aviation. Je servirai de relais. J’entame cette fonction et je débute mon apprentissage dès maintenant, mais je reste avant tout un joueur de foot professionnel. J’espère jouer le plus longtemps possible. Peut-être jusqu’à 35 ans. Cela me laisse le temps d’apprendre. Après, je pourrai me consacrer à 100 % au monde de l’entreprise."

Pourquoi voulez-vous devenir dirigeant d’entreprise ?

"C’était important aussi de penser à mon après-carrière. On connaît tous des histoires de footballeurs qui ont gagné plein d’argent pendant leur carrière et qui, à la fin, n’ont plus rien… J’essaie donc de bien investir."

Extraits de l'interview à l'Avenir.
avatar
david le rouche
Posteur Scolaire
Posteur Scolaire

Messages : 1782
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 40
Localisation : Corbais

Re: Witsel: "Je ne veux pas devenir coach mais chef d’entreprise"

Message par david le rouche le Lun 11 Jan - 17:53

 Axel Witsel a investi dans la société aéronautique Lindsky, dont il va participer à la gestion. Il évoque, en exclusivité pour la DH , ses investissements et son après-carrière.
Voici déjà un peu plus d’un an, dans le courant de décembre 2014, Axel a pris une participation dans la société aéronautique LindSky Aviation, une entreprise belge en pleine croissance et aux reins solides sur le plan financier.

Witsel avait déjà créé une école de football et investi dans l’immobilier. "Assez tôt, j’ai pensé à investir. Je ne suis pas quelqu’un de bling-bling. J’ai les pieds sur terre et je sais d’où je viens : il ne faut pas flamber son argent" , nous confie-t-il .



Cette fois, c’est un investissement particulier : en plus de devenir co-propriétaire de la société, le Diable en intègre la gestion, dans le poste de Chief Relationship Officer . Nous l’avons rencontré à l’aéroport d’Anvers pour qu’il nous explique son regard sur sa reconversion et ses investissements.

Axel, en quoi consiste votre rôle au sein de la société LindSky ?
"Dans le monde du football, je connais pas mal de monde qui voyagent beaucoup, ainsi que des gens qui pourraient investir dans l’aviation. Je servirai de relais. J’entame cette fonction et je débute mon apprentissage dès maintenant, mais je reste avant tout un joueur de foot professionnel. J’espère jouer le plus longtemps possible. Peut-être jusqu’à 35 ans. Cela me laisse le temps d’apprendre. Après, je pourrai me consacrer à 100 % au monde de l’entreprise."

Pourquoi voulez-vous devenir dirigeant d’entreprise ?
"C’était important aussi de penser à mon après-carrière. On connaît tous des histoires de footballeurs qui ont gagné plein d’argent pendant leur carrière et qui, à la fin, n’ont plus rien… J’essaie donc de bien investir."

Un Diable Rouge doit être très sollicité pour des investissements…
"C’est vrai : beaucoup de gens me contactent pour me demander d’investir ici ou là. Pour moi, c’est primordial d’investir dans un domaine que tu aimes. Sinon, ça ne fonctionnera pas. Ce qui m’a aussi plu, c’est que ce n’était pas un simple don d’argent : je suis directement impliqué dans la gestion de l’entreprise."

Vincent Kompany dit que ses affaires l’aident à mieux vivre et à faire abstraction du foot. Ce sera aussi votre cas ?
"Oui. Cela me permet d’évacuer, de penser à autre chose qu’au football. Dans un sens, ça fait du bien. Soyons clairs : le foot reste aujourd’hui ma priorité. Mais je vais pouvoir faire d’autres choses. Quand on sera en mise au vert à l’hôtel, plutôt que de jouer à la PlayStation, je lirai la matière sur l’aviation et le management qu’on m’a donnée."

Votre reconversion future signifie que vous ne resterez pas dans le monde du football. Pourquoi ?
"Je n’ai pas envie de devenir entraîneur plus tard. Parce qu’être entraîneur, c’est un gros boulot avec des prises de têtes… Et avec les contraintes, comme les mises au vert. Après 18 années passées à jouer au football, je voudrai faire autre chose. Je peux comprendre les joueurs qui veulent devenir coaches ou agents. Mais moi, j’avais envie de faire quelque chose de différent."

Certains dirigeants d’entreprises deviennent ensuite dirigeants de clubs. Ça vous dirait ?
(Il sourit) "On ne sait jamais…"



"Axel sera aussi un leader dans une société"


Gamal Khaldi, CEO de LindSky, est convaincu que Witsel fera un excellent dirigeant d’entreprise : "Axel est jeune mais très mature. Sur le terrain, c’est un leader. Il a de la personnalité et il est capable de gérer une équipe. Ses qualités-là peuvent parfaitement se transposer dans le monde de l’entreprise. Il a donc tout le bagage nécessaire pour devenir un bon dirigeant d’entreprise plus tard. Peut-être que dans dix ans, je voudrai un peu lever le pied et Axel pourrait alors reprendre les rênes…"



"Je vais passer ma licence de pilote"



La passion d’Axel Witsel pour l’aviation est née à Lisbonne, en 2011. "Un ami de mon père, Olivier Jeurissen, prenait alors des cours de pilotage. Un jour, il m’a appelé et m’a dit : je vais venir voir un de tes matches, et on repartira ensemble en avion ! Malheureusement, il est décédé un mois plus tard. Mais c’est lui qui m’a transmis cette passion."



Axel lui-même aimerait devenir pilote… mais il devra encore un peu patienter. "Après ma carrière, j’aimerais passer ma licence de pilote privé. Quand je voudrai, je pourrai prendre ma femme et mes enfants et voler jusque dans le Sud de la France… Mais ce n’est pas pour maintenant : mon contrat avec le Zenit m’interdit assez logiquement de piloter."





LindSky, c’est quoi ?


Que fait cette société dont Axel Witsel est désormais co-propriétaire ? Basée à l’aéroport d’Anvers, LindSky est une entreprise aéronautique intégrée : cela signifie qu’elle est active dans plusieurs domaines dans l’aviation. L’un de ses piliers, c’est la formation de pilotes. Un autre est l’aviation privée.

"Mais qui dit aviation privée ne veut pas forcément dire jet privé ! On peut voler sur des avions moins coûteux et l’un de nos objectifs est de démocratiser les vols privés. Un exemple : plutôt que de coûter 20.000 euros, un vol privé peut très bien coûter 3.000 euros pour huit personnes. Vu les nouvelles législations européennes qui vont probablement entrer en vigueur en 2017, il est fort probable que le coût sera encore plus attrayant." Les autres piliers de LindSky sont la maintenance, le parking et l’achat d’avions.

(Source DH)

    La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 21:43